Contactez-nous par téléphone :

01 44 24 50 00


ou par e-mail

L'inclusion sociale des adultes


L’inclusion sociale des adultes

 

 

Pour les adultes, il s’agit de favoriser l’exercice de droits liés au statut d’adulte. Les propositions formulées sont complémentaires et non concurrentielles vis-à-vis des prises en charge proposées par les établissements du secteur médico-social

L’objectif est de favoriser la dynamique des institutions et non de s’y substituer :

1. Droit au travail, à la formation

inscrire la formation pré/professionnelle dans le projet d’établissement des IME et des FAM

inscrire la formation professionnelle tout au long de la vie dans les projets d’établissement, y compris en milieu protégé où elle doit être prévue dans le projet d’accompagnement de la personne

d’explorer la piste de l’apprentissage, avec des temps de formation allongés.

assouplir le statut de travailleur handicapé, en levant par exemple le blocage du nombre d’heures pour une personne, de façon à permettre des travaux encadrés sur de courtes durées pour les personnes moins autonomes pour travailler en ESAT ou en milieu ordinaire ; ceci implique que la législation en vigueur intègre cette notion de travail ponctuel sans pour autant encourir le risque de poursuite pour concurrence déloyale.

développer l’accompagnement en milieu professionnel, avec inscription des moyens financiers dans le budget de l’établissement, organisé par un FAM ou toute autre structure spécialisée dans l’accompagnement de personnes avec autisme, y compris certains services d’aide à la personne, en s’appuyant sur des coopérations avec des services type SAMSAH, SAVS ; ceci implique de revoir le principe de la double prise en charge, éventuellement momentanée et d’étendre le périmètre de cet accompagnement aux personnes en entreprise amenées à faire du tutorat, qui ont besoin d’être formées à cette mission spécifique..

concevoir les ateliers occupationnels comme des ateliers d’apprentissage avec validation des compétences

2. Droit à un habitat adapté, à une vie d’adulte

développer des projets d’habitat en milieu ordinaire : partagé entre plusieurs générations (personnes âgées, adultes autistes, jeunes professionnels), ou encore des appartements où pourraient vivre trois ou quatre personnes autistes, y compris pour une population moyennement autonome ou vieillissante. Ces microstructures permettraient une réelle inclusion des adultes dans la cité et apporteraient une solution par exemple aux couples, y compris s’ils sont animés d’un désir de parentalité.

l’habitat au sein des établissements pourrait prévoir des studios permettant ainsi aux personnes de s’épanouir au plan affectif et sexuel.

Les projets d’établissement doivent inscrire dans leurs priorités une éducation à la vie affective et sexuelle des personnes accueillies.

Le désir de parentalité exprimé par les personnes plus autonomes doit être entendu, pris en compte et soutenu.

3. Droit aux loisirs, aux vacances, à la culture

développer le droit aux loisirs, à la culture, aux vacances, avec les financements nécessaires, et en favorisant les lieux et actions ouvertes à tous

favoriser les échanges interétablissements, avec un système de compensation des prix de journée.